Accueil
Actualités
Notre association
Evénements
Nos éleveurs
La race Shetland
Des qualités étonnantes
Un Shetland …
pour quoi faire ?
Poneys à vendre
Un Shetland chez soi
Infos et contacts
Règlements
Liens
Nombre de visiteurs :

 

 

 

Avoir un Shetland chez soi : Elevage

 

Les naissances

 

 

Les premiers poulinages sont annoncés

Pour les naissances 2013 les noms doivent commencer par la lettre D,
en 2014 par E, etc ...

Mais avant de "plancher" pour trouver le prénom de votre petit bijou, quelques étapes doivent être franchies avec succès.
Pas toujours évident d'assumer le rôle du naisseur parfait ...
voici donc quelques conseils de base, que vous adapterez en fonction de vos moyens, en veillant surtout à ne pas "griller" certaines étapes.

 

En bon éleveur, vous avez suivi l'évolution du pis de votre jument : ceci prend plusieurs jours, voire une ou deux semaines.

Le pis prend du volume, les tétines gonflent, et de la "cire" apparaît aux mamelles.

Certaines juments peuvent même perdre du lait plusieurs jours avant la mise-bas.

Idéalement, le meilleur endroit pour pouliner, c'est le pré que votre jument connaît bien. Mais si de mauvaises conditions climatiques s'annoncent, un boxe propre et bien paillé sera plus indiqué.

L'heure est venue, la poche des eaux apparaît et prépare le passage du poulain. Laissez travailler la jument et n'intervenez que si vous détectez un problème. Dix à quinze minutes suffisent généralement pour voir apparaître les membres antérieurs.

Après la rupture de la poche des eaux, et si les membres et la tête du poulain sont bien en place, vous pouvez aider la jument en tirant doucement et régulièrement.

 

Pas de stress ni d'énervement inutile :
çà y est : votre petite merveille est là !

 

Oui pour un petit moment de tendresse, une récompense pour la maman ... mais, on n'oublie pas pour autant les impératifs qui s'imposent :

  • S'assurer qu'aucune mucosité ne gêne la respiration du nouveau-né
  • Désinfecter soigneusement le nombril

L'administration d'un sérum trivalent, en injection sous-cutanée, aidera le poulain à  lutter contre toutes sortes d'infections. Et si sa mère n'est pas vaccinée contre le tétanos, faites lui en plus une injection de sérum anti-tétanique.

Le poulain doit impérativement téter dans l'heure qui suit sa naissance.

Rapidement, la jument se recouche et peut présenter des coliques : c'est l'évacuation du placenta.

La non-délivrance peut avoir de graves conséquences, après 4 heures celà devient une urgence vétérinaire à traiter sans tarder.

Préventivement, certains éleveurs administrent à la jument une ampoule de Wombyl (homéopathie) ou une piqûre de 2 cc d'Ocytocine en intra-musculaire.

Vient le dernier contrôle, souvent oublié : vérifiez que le poulain a bien évacué le méconium (c'est son premier crottin, et c'est souvent assez difficile... un petit "microlax" pour nourrissons peut aider !)

 

Après tout ce travail, vient l'heure du repos !

Vous l'aurez bien mérité, vous aussi ...
mais n'oubliez pas : la déclaration de naissance
est à faire au SIRE dans les 15 jours

 




Votre compagnon est parfaitement armé face aux intempéries : Si vous en doutez encore, allez donc faire un tour aux îles Shetland !

Quelques conseils utiles :

Vous aurez remarqué que, dès l'automne, le poil se densifie, il devient plus gras et s'épaissit jusqu'à ressembler à une vraie fourrure. Si possible, arrêtez les toilettages trop intempestifs qui "dégraissent" la robe. Ne couvrez pas les poneys de couvertures car c'est le refroidissement assuré lorsque vous les enlèverez (ceci ne vaut pas, bien entendu, pour les poneys qui ont transpiré lorsqu'ils travaillent). Enfin, gardez les poneys au maximum à l'air libre, même sans abri : les rentrer la nuit les perturbe dans leur adaptation au changement climatique.

En un mot : laissez faire la nature

En cas de vague de froid, surtout pas de panique !

Tout va bien, vos Shetland adorent çà ...

S'il existe une race qui peut s'offrir le luxe de passer l'hiver dehors, sous toutes les latitudes, c'est bien le poney Shetland.

Abandonnez toute idée d'investissement dans des boxes chauffés, couvertures spéciales grands froids ou autres gadgets ridicules ...

... mais pensez à distribuer du fourrage sec et de l'eau propre. Si vous lui apportez ce minimum, et toute votre tendresse, il vous étonnera par ses galopades effrénées, l'oeil vif et la queue en panache.


 


Comment gérer les chaleurs de poulinage chez la jument
(Avec l'aimable autorisation de Joannès Debot / ENVL)

 

Quelques jours après le poulinage, la jument présente généralement un épisode de chaleurs ou oestrus dénommé oestrus post-partum, chaleurs de poulinage ou encore chaleurs " de lait ".



Certains éleveurs considèrent qu'il s'agit d'un épisode de chaleurs très fertile tandis que d'autres pensent qu'il ne faut pas l'exploiter. Toutefois, l'ensemble des éleveurs est unanime pour perdre le moins de temps possible pour remplir à nouveau leurs juments.

Des études sur la fertilité des juments au cours des chaleurs de lait ont été réalisées : les résultats démontrent une fertilité diminuée et un nombre d'arrêt de gestation plus grand par rapport aux oestrus suivants. En revanche, les taux de gestation en fin de saison ne varient pas beaucoup, ce qui signifie que l'exploitation ou non des chaleurs de lait n'a pas de répercussion sur la fertilité annuelle des juments.
Des études menées sur un large effectif mettent en évidence que l'intervalle moyen poulinage-fécondation est plus court lorsque les chaleurs de poulinage sont exploitées; à l'inverse, le nombre de saillies pour obtenir une gestation est plus élevé.

Quel est le protocole idéal à mettre en place pour optimiser les chaleurs de poulinage ? Si la jument présente des lésions génitales consécutives à la mise-bas, les chaleurs de lait ne seront pas utilisées. Dans le cas contraire, il est conseillé de réaliser une échographie dès le 5ème jour post-poulinage. Si du liquide est présent dans l'utérus le vétérinaire pratiquera un lavage utérin mais les chaleurs ne seront pas exploitées.

En l'absence de liquide dans la cavité utérine deux cas peuvent se présenter :
Si l'ovulation est précoce (moins de 10 jours), la jument n'est pas saillie. Une injection de prostaglandines par le vétérinaire permettra un retour en chaleurs 5 jours au moins après constat de l'ovulation.
Si par contre l'ovulation a lieu au moins 10 jours après le poulinage, la jument peut alors normalement être saillie.


 

Le sevrage des poulains

 

Avec la fin de l'été, il faut penser au sevrage de vos poulains.
Quelques règles élémentaires doivent être rappelées afin que cette opération délicate se déroule dans les meilleures conditions pour nos jeunes poneys, pour leurs mères, et aussi … pour l'éleveur.

 Sevrage progressif

 



sevrage poulain

Les propriétaires d'une ou deux juments, s'ils disposent d'un peu de temps, peuvent opter pour un sevrage progressif, en boxes.
Sur une période de 3 à 4 jours, le poulain est séparé de sa mère mais autorisé à la retrouver toutes les 10 à 12 heures pour une tétée.
On complémentera correctement le poulain avec un aliment appétent, en veillant à rationner la jument en eau et en nourriture.

 Sevrage brutal

 

Dans les effectifs plus importants, et afin de limiter le travail et les manipulations, on peut procéder de manière plus radicale.
Les poulains sont séparés une fois pour toute, gardés en écurie (en boxes ou à l'attache selon les possibilités).
Il est alors conseillé d'installer les juments dans un pré le plus éloigné possible afin que les hennissements mutuels ne soient pas perçus


Cette séparation est très attendue par les mères qui sont harcelées par des jeunes de plus en plus exigeants.

Elle est donc vécue comme une vraie libération par les poulinières "sur-exploitées".

Il faut impérativement choisir une pâture pauvre qui favorisera la coupure de la lactation. Le choix de cette méthode oblige à de fréquents contrôles du pis des juments – au moins pendant 8 jours – afin de prévenir les rares risques de mammites.
Quelle que soit la méthode choisie, une fois le sevrage terminé, il est naturellement exclu de remettre ensemble trop tôt les mères et les poulains.

Cette période sera mise à profit pour traiter et vermifuger les poulains, les vacciner, et surtout les manipuler. Séparé de sa mère, le poulain va "s'accrocher" à vous, et psychologiquement vous pouvez mettre à profit ce phénomène pour commencer (si ce n'est déjà fait) une éducation digne de ce nom.
 
 
 
 
© France Shetland Passion - Contact - Forum de discussion